29.06.2016 | Brujeria + Dehuman + Mr. Marcaille @ Magasin 4

Le moins que l’on puisse dire, c’est que depuis quelques temps à Bruxelles, au moindre concert de type « heavy », c’est le carton plein au niveau affluence. L’effet sans doute croisé de la fermeture du DNA, lieu culte de la culture punk, metal et rock-garage underground, remplacé par un bar R’n’B ! Et un centre-ville de plus en plus déserté, la « faute » à un piétonnier, qui a ses partisans et ses détracteurs (mais là n’est pas le débat). Quoiqu’il en soit, on sent que le public « alternatif » de Bruxelles a soif de concerts et ce sont donc quasiment les mêmes têtes habituelles qui nous ont été données de croiser ces derniers mois successivement par exemple aux shows de Nashville Pussy, Wolvennest au Beursschouwburg (nouveau groupe blackened-sludge comptant des membres de Length Of Time, La Muerte, Mongolito et Cult of Erinyes), etc.

C’est donc dans un Magasin 4 aux 3/4 rempli un mercredi de fin d’année scolaire et « post-Graspop » que les plus métalleux de ce beau monde se sont retrouvés pour la venue des grindeux mexicano-ricains de BRUJERIA, à l’origine un super-groupe side-project regroupant Dino Cazares (Fear Factory) et Shane Embury (Napalm Death) pour ne citer qu’eux.

La faute à un quartier bien embouteillé à cause d’un autre évènement en face à Tour & Taxi, nous raterons la prestation de Mr. Marcaille, et c’est donc dès les débuts de DEHUMAN que nous entrons dans un Magasin 4 déjà bien rempli. Le groupe de death metal old-school bruxellois est un habitué des lieux, puisqu’ils y ont déjà joué à plusieurs reprises, notamment en ouverture d’Aborted. Sorte de « Motörhead – goes death metal », surtout en référence à la voix éraillée et au « jeu de scène » de leur bassiste-chanteur Andréa, le groupe déverse son death metal aux influences allant de Morbid Angel à Master (groupe avec lequel ils ont d’ailleurs abondamment tourné) et enquille les titres issus de son dernier album « Graveyard Of Eden ». Les Bruxellois envoient la patate avec puissance même si le son, certes puissant, pourrait être un brin mieux mixé. Cela n’empêche le public de commencer à headbanguer en masse et à être tout chaud pour accueillir les guerilleros masqués au bandana, BRUJERIA. Mission accomplie !

Toujours supposé être présent dans le line-up, Shane Embury de Napalm Death ne semble pas tenir la basse (car même masqué avec un bandana, on n’aurait pu s’empêcher de le reconnaître à sa tignasse-calvitie pas précoce), Napalm Death devant sans doute tourner (NDLR : en effet, ils seront présents à l’affiche du Rock Herk le 16 juillet à Herk-de-Stad). Par contre, c’est avec quasi-certitude que l’on peut penser avoir affaire à l’imposant Nicholas Barker (ex-Dimmu Borgir, Cradle Of Filth, Lock Up) derrière les fûts, celui-ci ayant en effet participé au prochain album, « Pocho Aztlan »,  devant sortir sur Nuclear Blast en septembre prochain. C’est donc avec seulement un 7-inch vinyle en édition limitée sous les bras à promouvoir, « Viva Presidente Trump ! » que le groupe a embarqué pour cette petite tournée estivale. Et on est parti pour une bonne heure de grind-death, flirtant avec le punk-crüst. Emmené par deux « chanteurs », le groupe dans son ensemble a le visage masqué comme à son habitude par un bandana, s’exprime la plupart du temps au public entre les morceaux en espagnol (principalement un des deux vocalistes), et enchaine les titres de sa relativement courte discographie, abordant majoritairement des thèmes politiques, l’immigration (« No Acceptan Illegaciones »), les narcotrafiquants et le sexe. À un tiers du set environ, la surprise vient d’une nana vêtue d’un corset et affublée d’un fouet qui vient faire un peu de show sur scène… Et puis prendre un troisième micro afin d’y envoyer quelques cris aussi ! Elle reviendra régulièrement au cours du concert pour pousser des gueulantes mais connaîtra malheureusement quelques problèmes de retours et de son en façade… Quand c’est comme ça, fille, tu choppes le micro backing du bassiste à ta droite qui ne s’en sert manifestement pas des masses, plutôt que de faire plein de grands gestes vers la sono qui de là-bas ne sait probablement pas faire grand-chose si ton câble XLR est pété ! Au final, pas le concert du siècle musicalement parlant, loin de là, mais un fort agréable moment de metal extrême sans prise de tête, avec humour et décontraction comme on aimerait en voir plus souvent. Une belle manière de clôturer ce premier semestre de saison au Magasin 4 qui aura bien mérité de fermer deux mois pendant l’été comme d’habitude. Rendez-vous à la rentrée avec, entre autres, au programme NAPALM DEATH le 25 septembre.

Tout l’agenda sur www.magasin4.be

Pin It