08.06.18 | TRUST @ Algrange (FR)

Pour connaître le groupe depuis quasi 40 ans et avoir été un peu déçu de leurs prestations d’il y a une dizaine d’années, je ne donnais pas cher de sa peau lorsque l’on a appris sa énième reformation. Et puis, est arrivé « Dans le même sang », ce magnifique nouvel album enregistré dans les conditions du live avec rien moins que Mike Fraser aux commandes. Et là, dès la première écoute, la chose était sûre: Trust avait réussi le pari improbable de redevenir le groupe en colère qui avait su si bien réveiller les ados francophones des années 80. Fort de cette prouesse, Le groupe avait repris la route en mai dernier pour défendre son nouveau bébé sur les routes de France. Guidé par mon instinct de vieux fan, le 8 juin dernier, j’ai roulé des bornes pour atteindre la Moselle, et particulièrement Algrange, petite municipalité  coincée dans une jolie vallée verdoyante, pour assister au deuxième show de la tournée. Aujourd’hui, je m’en félicite !

Organisée par la mairie, la dixième édition du festival gratuit  « Algrange live » se voulait un cran au dessus des précédentes et s’était ainsi donné les moyen d ‘accueillir des formations de qualité. Ainsi, si c’est Catherine Ringer (ex-Rita Mitsuko) qui clôturait le festival de deux jours, c’est rien moins que Trust qui avait été invité à en être la tête d’affiche la première soirée, laquelle  était radicalement consacrée et au hard-rock et au métal.

Un orage a quelque peu bouleversé le sound-check et retardé l’horaire du groupe qui ouvrait les hostilités, LAST PROPHECY. C’est donc un petit show d’environ 35 minutes avec un son approximatif que donnera le quinquet heavy de Longwy devant une centaine de spectateurs sous la pluie. Dommage… A revoir un jour dans de meilleures conditions...

Peu après, ce sont les progressistes locaux de SEYMINHOL qui investissaient la scène devant, cette fois quelque 500 personnes rapidement enthousiastes, le son, la dextérité des musiciens et le charisme du chanteur Kevin Kazek faisant sans doute la différence. Agréable surprise, c’est avec « For whom de bell tolls » de Metallica  que le groupe terminera son set d’une cinquantaine de minutes, récoltant des applaudissements amplement mérités.

Le temps de boire une bière, c’est le duo strasbourgeois KNUCKLE HEAD qui déboulait devant un parterre bien rempli. Son rock puissant, bluesy, parfois psyché et souvent dingo qui sentait bon les moites profondeurs des States  parviendra à séduire un public pourtant pas là pour lui. Chapeau bas Messieurs !

Et puis est arrivé le moment que tous attendaient, LE groupe de hard-rock dont l’hexagone est si fier depuis 40 ans monte sur scène vers 22h40. Durant près de 100 minutes, la bande à Bernie et Nono va parvenir à rendre dingue un public familial (avec des enfants, des mamies, des chiens,…) avec des morceaux que la plupart ne connaît pas encore, ceux du dernier opus, sorti deux mois plus tôt. Au total, sur les 10 titres joués avant le rappel, rien moins que 9 en seront issus, au grand dam de quelques-uns, certes, mais au plus grand plaisir de la majorité des fans qui savent combien « Dans le même sang » est bon et déjà un classique. La grande classe ! Avec des titres comme « Ni dieu ni maître », « Fils de pute et tête de liste », « Démocrassie », « Le gouvernement comme il respire » et autres joyaux du même acabit, Trust parviendra, avec son enthousiasme communicatif, à rallier comme personne. Seul « Fais où on te dit de faire » (extrait de « Europe et haines » de 1996) est sauvé des oubliettes ! Arrivait alors déjà le temps du rappel avec une belle surprise qui a mis tout le monde d’accord («Préfabriqué », extrait du premier album) et, bien entendu l’hymne incontournable qu’est « Antisocial ». Trust nous est revenu avec la hargne que l’on n’attendait plus et, manifestement, il a encore des choses à dire. Restons en colère !!!  

Pin It