01.12.18 | Morgarten - Syn Metalium - Finntroll @ Manoir Pub

Reporter : Z. Venom

Photographe : Paolo Lopes

C’est en cette froide nuit de décembre que le Manoir Pub de Saint Maurice nous ouvre à nouveau ses portes, accueillant non seulement une troupe de barbares motivés et prêts à fêter en guise de public, mais également trois groupes incroyables et bien décidés à mettre le feu aux poudres : les neuchâtelois Morgarten, les lausannois Syn Metalium et ceux qu’on ne présente plus, les trolls débarqués tout droit de Finlande, les éminents Finntroll. La soirée s’annonce ardente, magique, placée sous le signe de la bière et sous la protection du

Ce sont les guerriers de Morgarten qui prennent en premier place sur le champ de bataille qu’est devenue la scène du Manoir. Ils ouvrent le combat avec « Called To The War », une chanson à l’air métal, au rythme folklorique entraînant et rapide... On remarque aisément la passion et le feu qui anime Morgarten, et plus particulièrement Cédric, le bassiste, et Ilyann, le guitariste et seconde voix. Tous deux jouent avec le public, échangent des grimaces, changent de place, bref, font de la scène une véritable œuvre mouvante et inimitable. Les claviers et la batterie ne sont pas en reste non plus ; Joël, le batteur, joue à un rythme effréné et s’accorde parfaitement avec le style très combattif de Morgarten. Maël, claviériste de la troupe, nous offre une performance épique, jouant sur deux claviers, accompagnant sans faillir les chants guerriers de Pierric, le chanteur. « J’ai eu un vrai coup de cœur pour Morgarten, c’est des copains. Je trouve qu’ils se sont beaucoup améliorés depuis leurs débuts, c’était très bien », me raconte un des mélomanes présents.

Après l’impressionnante prestation de Morgarten, c’est au tour de Syn Metalium de prendre les rênes. La première chose que je remarque en les voyant sur scène est leur style vestimentaire très axé steampunk, ce qui est relativement surprenant lorsque l’on écoute leur musique, un bon pagan metal au chant guttural impeccable et au style plutôt brutal. Le public, prit d’assaut par la chanson « Trollblod », trépigne au son des guitares du groupe lausannois. Syn Metalium nous offre une prestation enjouée et féerique, bien qu’à mon goût courte et trop peu active. Effectivement, le groupe semble peu à l’aise sur la scène, et a tendance à répéter sans cesse les mêmes mimiques, les mêmes mouvements.

Tout au long de sa performance, Syn Metalium fait résonner ses influences. On peut aisément reconnaître leurs diverses inspirations, comme par exemple Nightwish ou Finntroll.

Vient enfin le tour de Finntroll, tête d’affiche de cette soirée fantasmagorique. Le public tressaute alors que les Finlandais se préparent à monter sur scène, la salle se remplit rapidement, la chaleur monte et le brouhaha ne fait qu’augmenter. La tension est à son maximum lorsque les trolls montent sur scène, oreilles pointues et marques de guerre en prime, et aux moindres mots de Vreth, chanteur, le public explose. Le groupe nous offrira une prestation digne des plus grands. La proximité de Finntroll avec leur auditoire m’a beaucoup impressionnée : effectivement, les guitaristes Skrymer et Routa n’ont cessé de faire monter l’ambiance : ils font chanter le public avec eux, nous montrent du doigt, rient avec nous. Vreth me tend même le micro lorsque que l’épique « Trollhammaren » commence. Le public est très réactif, et le groupe a une vraie communication avec nous tous. Evidemment, les pogos éclatent : certains spectateurs tombent même sur la scène. Mais lorsqu’ils annoncent « Solsägan », de l’album « Nifelvind », c’est l’explosion : les métalleux du Manoir se lâchent enfin. Le public chante, danse, pogotte, tournoie : Finntroll a conquis la salle au-delà des espoirs. Les Finlandais nous offrent une prestation insaisissable, mouvante, vivante et bien évidemment trollesque. « C’est la troisième fois que je les vois en live, et pourtant j’ai l’impression de les redécouvrir. Le fait qu’ils jouent dans une petite salle rend le concert encore meilleur. Ils sont proches de nous, c’est incroyable », témoigne une fan.

En conclusion, les trois groupes ont offert une soirée magique et sans limite, aux chants incroyables et féeriques. C’était une de ces soirées hors du temps, qui à mon avis restera longtemps gravée dans l’histoire du Manoir Pub.

Pin It